Qu’est ce que la confiance en soi ?

     Très souvent nous entendons: “Ah si j’avais plus confiance en moi”, “Ah ça c’est à cause de mon manque de confiance ». Comme si la confiance se trouvait un peu à l’extérieur de nous, à l’extérieur d’un soi bien organisé mais qui ne parvient pas à trouver cette fameuse confiance.

      Depuis quelques temps, j’y réfléchis et voici ce que je me dis :

“Si l’on remplaçait déjà cette terminologie par une autre qui s’adresse davantage à nous-même en temps que sujet, et si je me faisais plus confiance ?”

     Si l’on remplace le verbe “avoir” par le verbe “faire” tout simplement, nous aurions une idée plus juste de cette confiance. Mais pourquoi me diriez-vous ? Et bien parce qu’on apprend à se faire confiance au travers des actes que l’on pose, que l’on décide, qui nous apportent une réalisation concrète qu’elle soit personnelle ou professionnelle.

     En fait, c’est à travers nos pas, nos victoires au quotidien que l’on peut mesurer cette confiance, lorsqu’on réussit à effectuer une tâche, un projet à son terme. C’est à ce moment précis que l’on apprend à se faire confiance et que l’on peut penser « Ça y est, je peux me faire confiance ! »

confiance-en-soi-isabelle-bernard     Prenez l’exemple du petit enfant qui apprend à marcher, il essaye, il tombe, il se relève, il retombe, plus il va réussir à faire de pas sans tomber, plus il se fera confiance. Il deviendra plus sûr de lui et il pourra s’éloigner de la surveillance de ses parents, devenir autonome avec un sourire de fierté et prêt pour d’autres défis, au grand désarroi de ses parents !

     Pour nous autres adultes, c’est la même chose avec des objectifs différents.

     À partir de l’instant où il y a réussite d’une action, une bonne dose de confiance s’installera en vous et si vous en souhaitez d’autres et bien vous n’avez qu’à simplement agir ! C’est ainsi que l’on peut résumer que c’est dans l’action que nous gagnons notre confiance en nous-mêmes, en nos capacités, en nos compétences !

     Et si j’introduis ces deux notions c’est parce que lorsque nous n’avons pas confiance en nous c’est en nos propres capacités et compétences que nous n’avons pas confiance !

     C’est là qu’intervient l’estime de soi, quelle estime avons nous de nous si nous pensons régulièrement que nous ne pouvons pas compter sur nos capacités et compétences ?

     Cependant, pour “gagner cette fameuse confiance en soi”, il faudra d’abord s’intéresser à l’estime de soi, c’est à dire à l’appréciation que nous avons de nous-même, de qui nous sommes tout simplement en tant qu’homme ou femme.

     En résumé, si nous ne cessons de nous répéter que nous ne sommes pas doué ou pas fait pour ceci ou cela, si nous n’apprécions pas qui nous sommes, nous ne pouvons ressentir cette confiance en nous même … Pour la simple et bonne raison, que si nous ne reconnaissons pas notre valeur, notre potentiel d’apprentissage, nous ne serons jamais prêt à nous lancer dans un défi ou dans un projet qui nous tient à coeur.

     Trop souvent,nous pensons que nous n’avons pas les aptitudes pour réaliser ces projets et donc que cela ne vaut pas la peine d’essayer alors nous n’essayons pas et nous nous confortons dans le manque de confiance.

schema-confiance-en-soi-estime-de-soi-isabelle-bernard-sophrologue     En fait, dans notre société, nous sommes souvent dans le “faire” plus que dans “l’être”.

     Alors peut-être qu’il serait utile de prendre conscience de qui l’on est, de notre valeur, de nos ressources personnelles, professionnelles pour ensuite faire, c’est à dire poser des actes, réaliser des idées et en constatant nos résultats nous développerons la confiance en soi.

     Et pour s’exercer, il suffit juste de se donner des petits objectifs, et surtout de prendre le temps de savourer leurs réussites avant de s’empresser de passer à un autre et puis un autre …

2-confiance-en-soi-estime-de-soi-isabelle-bernard-sophrologue   Apprécier est aussi fondamental que de « faire », cela nous permet de valoriser nos capacités, d’intégrer une nouvelle réussite en prenant le temps de le faire avec notre tête mais aussi notre corps …

     Ainsi, apprendre à “se faire confiance” n’est pas une simple expression, elle est le fruit d’une réflexion sur nous mêmes, d’une observation bienveillante de nos manières d’agir au quotidien, dans notre sphère personnelle et aussi professionnelle. Avant de dire que nous n’avons pas confiance en nous, donnons nous le temps d’apprendre à nous faire confiance et ça c’est possible pour chacun de nous, j’en suis persuadée !

Isabelle Bernard


Si vous désirez commencer la semaine avec une dose de positif, je vous propose de vous inscrire à la Citation de la Semaine en vous rendant sur ce lien : S’incrire

Réflexions autour de nos émotions

 

De nos jours, l’homme veut performer, être dans le contrôle de sa vie, de ses relations, de son poids, de ses projets personnels, professionnels, alors il n’accepte pas les incidents, les situations de la vie qui réveillent en lui des émotions comme la colère, l’angoisse, le chagrin.

Il veut les oublier, les refouler à l’intérieur de lui, avec l’intention de ne pas les laisser s’échapper mais elles sont bien présentes ces émotions et elles ont même un rôle à jouer pour la personne qui les vit.

Cependant en les étouffant, l’individu crée en lui du mal-être, des angoisses, du stress, de l’anxiété, des troubles du sommeil qui l’empêchent d’avancer, d’être qui il est, d’être lui-même !

« En les étouffant, l’individu crée en lui du mal-être […] qui l’empêchent d’être lui-même »

Cela peut même aller plus loin, créer des malaises voire des maladies qu’il ne comprendra pas et qu’il vivra comme un mauvais coup du destin !

Réflexions autour de nos émotions - Isabelle Bernard Sophrologue

Hors nos émotions sont présentes pour réguler notre vie, pour nous permettre littéralement “d’effectuer un mouvement à l’extérieur de nous” (émotion du latin e = qui vient de, motio = mouvement), exprimer ce qui se vit, ce qui se manifeste à l’intérieur de nous lors de diverses situations de la vie, pour que nous puissions prendre conscience de ces mouvements internes et surtout nous en libérer. Une émotion n’est pas vécue pour être “gardée” en nous…

En fait, plus nous écoutons nos émotions, plus nous acceptons de les vivre, plus nous serons en accord avec nous-même.

« Plus nous écoutons nos émotions […] plus nous serons en accord avec nous-même »

Mais me direz vous, pas facile de les accueillir, de les écouter, de leur laisser prendre la place dont elles ont besoin tant nous les avons refoulées, évitées… Parfois elles nous bouleversent, parfois elles nous envahissent et nous ne savons plus quoi faire pour ne pas nous sentir débordés, ni en perte de contrôle 

Réflexions autour de nos émotions - Isabelle Bernard

Ce n’est pas facile en effet, mais si elles sont là ce n’est pas sans raison et l’on se doit de les regarder car elles émanent de nous, de notre for intérieur.

Aussi, lorsqu’elles se manifestent, on peut choisir de les laisser s’exprimer, de les gérer, de les apprivoiser voire même de les rééquilibrer mais surtout ne pas de les enfouir en nous.

Car plus nous allons nous mettre à l’écoute de ces émotions plus nous pourrons sentir nos intuitions, nos élans de vie, nos directions, les emprunter afin d’être satisfait et en harmonie dans notre quotidien.

 

Alors la prochaine fois qu’une émotion se manifestera dans votre quotidien, prendrez vous le temps de l’accueillir, de l’écouter ?

Et si c’était bon pour vous ?

 


Si vous désirez commencer la semaine avec une dose de positif, je vous propose de vous inscrire à la Citation de la Semaine en vous rendant sur ce lien : S’incrire